Ninho – No Life Lyrics - Find Out Lyrics Ninho – No Life Lyrics - Find Out Lyrics

Ninho – No Life Lyrics

Ninho No Life Lyrics

Ah gars, c’est une putain d’trilogie, mec
C’est Johnny, que pour la qualité
C’est l’histoire de ma vie, mon pote
Après ça, on devient des chefs
Binks

Fascinant comme ma vie, un peu drôle, dramatique à la fois
J’vais les tenir en haleine, ouais, jusqu’à la fin (Binks), les tenir en haleine, ouais, jusqu’à la fin (Binks)
J’ai ramé, ramé, ramé, ramé, j’ai pas vu trop d’homies venir à mon secours
Holà bendero, la calle, c’est gore, j’suis dans la zone en c’moment, ça pue ses morts
J’ai plus trop d’humour, j’souris pour l’veau-cer, elle s’demande comment j’fais pour avoir l’mental
J’connais l’vice des loups, celui des moutons, j’connais j’vice des loups, celui des moutons
Alléluia, fallait s’mouiller, c’est au soleil qu’on ira sécher (Qu’on ira sécher)
Trop d’élastiques, trop d’élastiques, qui veut voler se fera baiser (Pah, pah, pah, pah)
Argent et bonheur vont ensemble (Hey), j’arrive à l’heure pour la moisson (Binks)
Cinq années plus tard, j’arrive en retard, à quatorze heures, à l’heure du patron (Binks, binks, binks, binks)
On crache pas dans la soupe petit (Petit), y a plus rien à manger, tu pourrais t’en mordre les doigts (Wouh)
Moi, j’étais un peu trop doué, la daronne trop pieuse mais j’étais sûr de moi
J’fumais mon joint dans l’train, le lendemain, j’ai perdu ma cons’ dans un Rolls (Merde)
On connaît les machines, on connaît les risques (Binks), à deux cents, on ralentit pas sur les bosses (Binks)
Mangeur de arroz, trois puces de boloss (Grr), viens, on prend à gauche, j’v-esqui l’barrage
Mangeur de arroz, trois puces de boloss (Allô ?), viens, on prend à gauche, j’v-esqui l’barrage (Binks)
Difficile d’oublier même à Bora-Bora, avant ça, le travail était trop laborieux
Tu dis qu’t’as pas assez mais t’as même pas d’but, tu finiras rouiller, la plus part te 3ayein
Des visions comme Raven (Des visions comme Raven) mais j’peux pas dériver
Ça recommence again (Ça recommence again), ça recommence again, obligé d’naviguer
Igo, c’est deux balles dans la tête ou Vegas, j’reviens en meneur comme D.Rose (Grr, grr, grr)
J’reviens tout en blanc un peu comme Pégase pour vous raconter ma bio’
Le corazón trop lourd, j’suis paro sur trolo sur trolo, ma carrière de bandito, j’crois qu’j’vais la freiner
Un dernier coup d’flamme sur l’pétou engrainé, jeunesse abîmée, pas besoin d’rembobiner
« On verra dans dix ans », ouais, c’est c’qu’on disait, toujours la même bulle d’air sur l’même ciment
Beaucoup d’ingrats, très peu d’remerciements, ils parlent mal quand ils digèrent le saumon
On pull up sur toi comme des cains-ri, pull up sur toi comme des cains-ri
VVS carat, VVS carat, j’suis bg, bg, j’suis rempli d’Burberry
Ils font les fous, ils sont bourrés (Non), à jeun, ils auront des remords (Ouais)
T’inquiète, j’suis un renard, un putain d’mec de dehors, j’renvoie les ballons comme Neuer (Switch)
On renvoie aussi l’ascenseur car j’sais qu’en haut, gros, c’est meilleur
On maîtrise l’art et la manière, surtout les gars, n’ayez pas peur
Ils ne pourront que nous copier, le binks est rempli de menteurs

C’est l’histoire de nos lifes (C’est l’histoire de nos lifes), on n’a pas choisi (On n’a pas choisi)
C’est l’histoire de nos putain d’lifes, on n’a pas choisi (On n’a pas choisi)
J’ai grandi dans les guerres (J’ai grandi dans les guerres), deux bandes dans la ville (Deux bandes dans la ville)
J’avoue, fallait du flair, ils s’inquiétaient pour mon avenir
C’est l’histoire de nos lifes (C’est l’histoire de nos lifes), on n’a pas choisi (On n’a pas choisi)
C’est l’histoire de nos putain d’lifes, on n’a pas choisi (On n’a pas choisi)
J’ai grandi dans les guerres (J’ai grandi dans les guerres), deux bandes dans la ville (Deux bandes dans la ville)
J’avoue, fallait du flair, ils s’inquiétaient pour mon avenir

On n’a pas choisi
C’est l’histoire de nos putain d’lifes, on n’a pas choisi
J’ai grandi dans les guerres, deux bandes dans la ville
J’avoue, fallait du flair, ils s’inquiétaient pour mon avenir
Eh, eh (C’est l’histoire de nos lifes)
Johnny, Johnny, Johnny, Johnny, Johnny
Que pour la qualité, mon pote (C’est l’histoire de nos putain d’lifes)
Après ça, on devient des chefs, mon pote
Des putain d’chefs (Mon pote)