OrelSan – L'odeur de l'essence Lyrics | Find Out Lyrics

OrelSan – L’odeur de l’essence Lyrics

OrelSan L’odeur de l’essence Lyrics

(Re-re-re-regarde)
La nostalgie, leur faire miroiter la grandeur d’une France passée qu’ils ont fantasmée
(Regarde)
L’incompréhension, saisir ceux qui voient leur foi dénigrée sans qu’ils aient rien demandé
(Regarde)
La peur, les persuader qu’des étrangers vont venir dans leur salon pour les remplacer
(Regarde)
Le désespoir, leur faire prendre des risques pour survivre là où on les as tous entassés
(Écoute)
La paranoïa, leur faire croire qu’on peut plus sortir dans la rue sans être en danger
(Écoute)
La panique, les pousser à crier qu’la terre meurt et personne n’en a rien à branler
(Écoute)
La méfiance, les exciter, dire qu’on peut plus rien manger, qu’on n’a même plus l’droit d’penser
(Écoute)
La haine, les faire basculer dans les extrêmes, allumer l’incendie, tout enflammer

L’odeur de l’essence
L’odeur de l’essence
L’odeur de l’essence

Les jeux sont faits, tous nos leaders ont échoué
Ils seront détruits par la bête qu’ils ont créée
La confiance est morte en même temps qu’le respect
Qu’est-ce qui nous gouverne ? La peur et l’anxiété
On s’autodétruit, on cherche un ennemi
Certains disent : « C’est foutu », d’autres sont dans l’déni
Les milliardaires lèguent à leurs enfants débiles
L’histoire appartient à ceux qui l’ont écrite
Plus personne écoute, tout l’monde s’exprime
Personne change d’avis, que des débats stériles
Tout l’monde s’excite parce que tout l’monde s’excite
Que des opinions tranchées, rien n’est jamais précis
Plus l’temps d’réfléchir, tyrannie des chiffres
Gamin d’douze ans dont les médias citent les tweets
L’intelligence fait moins vendre que la polémique
Battle royale, c’est chacun pour sa petite équipe (Regarde)
Connard facho, connasse hystérique (Regarde)
Tout est réac’, tout est systémique (Regarde)
Dès qu’un connard fait quelque chose de mal
Quelque part le monde entier devient susceptible (Regarde)
Les coupables sont d’anciennes victimes
Le cercle du mal jamais fini
Tout dégénère, tout est cyclique
Pas d’solutions, que des critiques
(Tout l’monde est) sensible (Sensible)
Tout est sensible (Sensible)
Tout l’monde est sur la défensive (Sensible)
Sujet sensible, personne sensible (Sensible)
Sensible (Sensible), sensible (Sensible)
Sensible (Sensible), tout est sensible (Sensible)
Tout l’monde est sur la défensive (Sensible)
Sujet sensible, personne sensible (Sensible, sensible)

Tout l’monde baise tout l’monde, j’veux faire le p’tit train
Une discussion sur deux, c’est quelqu’un qui s’plaint
Pendant qu’le reste de monde souffre pour qu’on vive bien
Les parents picolent, c’est les enfants qui trinquent
Accidents d’bagnole, violences conjugales
L’alcool est toujours à la racine du mal
Rien remplit plus l’hôpital et l’tribunal
On n’assume d’être alcoolique, c’est relou d’en dire du mal
On prend des mongols, leur donne des armes
Appelle ça « justice », s’étonne des drames
Pris dans un vortex infernal
On soigne le mal par le mal et les médias s’en régalent
Que des faits divers, poule, renard, vipère
Soit t’es pour ou soit t’es contre, tout est binaire
Les gratteurs de buzz flirtent avec les extrêmes
Depuis qu’les mongols sont devenus des experts
Entourés d’mongols, l’Empire mongol
On fait les mongols pour plaire aux mongols
On va tomber comme les Mongols
Commes les Égyptiens, comme les Romains
Comme les Mayas, comme les Grecs
Faut qu’on reboot, faut qu’on reset
On croit plus rien, tout est deepfake
Face à un inconnu dans l’rejet
Mélange de peur, haine et tristesse
Nos contradictions, nos dilemmes
Corrompu, j’suis né dans l’système
Personne avance dans l’même sens, tout est inerte
On voit qu’une seule forme de richesse
Prendre l’argent des gens, c’est voler
Sauf quand c’est du business

Génération Z parce que la dernière
Ça s’voit clairement qu’on n’a pas connu la guerre
Tous les vieux votent, ils vont choisir notre avenir
Mamie vote Marine, elle a trois ans à vivre
YouTubeurs fascistes, pseudo subversifs
Voilà c’qu’on a quand on censure les artistes
Rien n’avance jamais, nombreux s’radicalisent
En manque de repères, ils s’perdent dans la nostalgie
D’une époque où d’autres étaient déjà nostalgiques
D’une époque où d’autres étaient déjà nostalgiques
D’une époque où d’autres étaient déjà nostalgiques
D’une époque où, uh putain les

Moutons veulent juste un leader charismatique
Aucune empathie, tout est hiérarchique
L’école t’apprend seulement l’individualisme
On t’apprend comment faire d’l’argent, pas des amis
Si l’Président remporte la moitié des voix
C’est qu’les deux tiers de la France en voulaient pas
Pas besoin d’savoir c’est quoi d’Sénat
Pour voir qu’les vieux riches font les lois, uh
Personne aime les riches, jusqu’à c’qu’ils l’deviennent
Ensuite ils planquent leur argent ou flippent de l’perdre
Tellement d’tafs de merde, fais semblant d’le faire
Combien d’jobs servent juste à satisfaire nos chefs ?
Nourris aux jugements, nourris aux clichés
Alors qu’on sait même pas s’nourrir, on s’bousille
On sait pas gérer nos émotions donc on les cache
Sait pas gérer nos relations dont on les gâche
Ça assume pas c’qu’on est donc on est lâches
On s’pardonne jamais dans un monde où rien s’efface
On s’crache les uns sur les autres, on sait pas vivre ensemble
On s’bat pour être à l’avant dans un avion qui va droit vers le
Crash

OrelSan L’odeur de l’essence Lyrics English Translation

(Watch again)
Nostalgia, making them sparkle the grandeur of a past France that they have fantasized about
(Looked)
Misunderstanding, seize those who see their faith denigrated without asking for anything
(Looked)
Fear, persuading them that strangers will come to their living room to replace them
(Looked)
Desperation, make them take risks to survive where we have them all crammed
(Listen)
Paranoia, make them believe that we can no longer go out in the street without being in danger
(Listen)
Panic, make them scream that the earth is dying and nobody cares
(Listen)
Mistrust, arousing them, saying that we can no longer eat anything, that we no longer even have the right to think
(Listen)
Hate, tip ’em to extremes, start the fire, set it all on fire
The smell of gasoline
The smell of gasoline
The smell of gasoline
The game is over, all of our leaders have failed
They will be destroyed by the beast they created
Trust is dead along with respect
What governs us? Fear and anxiety
We destroy ourselves, we look for an enemy
Some say: “It’s fucked up”, others are in denial
Billionaires bequeath to their stupid children
History belongs to those who wrote it
No one is listening anymore, everyone is speaking
Nobody changes their mind, only sterile debates
Everyone is excited because everyone is excited
Only strong opinions, nothing is ever precise
No more time to think, tyranny of numbers
Twelve-year-old kid whose tweets are quoted in the media
Intelligence sells less than controversy
Battle royale, it’s everyone for their own little team (See)
Facho asshole, hysterical bitch (Look)
Everything is reactive, everything is systemic (Look)
As soon as an asshole does something wrong
Somewhere the whole world is getting touchy (Look)
The culprits are former victims
The circle of evil never ended
Everything degenerates, everything is cyclical
No solutions, only reviews
(Everybody’s) sensitive (Sensitive)
Everything is sensitive (Sensitive)
Everyone’s on the defensive (Sensitive)
Sensitive subject, sensitive person (Sensitive)
Sensitive (Sensitive), Sensitive (Sensitive)
Sensitive (Sensitive), everything is sensitive (Sensitive)
Everyone’s on the defensive (Sensitive)

Sensitive subject, sensitive person (Sensitive, sensitive)

Everyone fucks everyone, I want to take the little train
One in two discussions is someone who complains
While the rest of the world suffers so that we can live well
The parents drink, it’s the children who drink
Car accidents, domestic violence
Alcohol is always at the root of evil
Nothing fills the hospital and the court anymore
We don’t assume to be an alcoholic, it’s suck to say bad things about it
We take Mongols, give them weapons
Call it “justice”, is surprised at the tragedies
Caught in a hellish vortex
We cure evil with evil and the media feast on it
Only various facts, hen, fox, viper
Either you’re for or you’re against, everything is binary
Buzz scrapers flirt with extremes
Since Mongols became experts
Surrounded by Mongols, the Mongol Empire
We make the Mongols to please the Mongols
We will fall like the Mongols
Like the Egyptians, like the Romans
Like the Mayans, like the Greeks
We have to reboot, we have to reset
We no longer believe anything, everything is deepfake
Faced with a stranger in the rejection
Mixture of fear, hate and sadness
Our contradictions, our dilemmas
Corrupted, I was born into the system
Nobody moves in the same direction, everything is inert
We see that only one form of wealth
To take people’s money is to steal
Except when it’s business

Generation Z because the last
It is clear that we did not know the war
All the old people vote, they will choose our future
Granny votes Marine, she has three years to live
Fascist, pseudo-subversive YouTubers
This is what we get when we censor artists
Nothing ever advances, many radicalize
In lack of landmarks, they lose themselves in nostalgia
From a time when others were already nostalgic
From a time when others were already nostalgic
From a time when others were already nostalgic
From a time when, uh damn them

Sheep just want a charismatic leader
No empathy, everything is hierarchical
School only teaches you individualism
We teach you how to make money, not friends
If the President wins half the votes
It is that two thirds of France did not want it
No need to know what is Senat
To see that the old rich make the laws, uh
Nobody likes the rich, until they become rich
Then they stash their money or freak out losing it
So many shit jobs, pretend to do it
How many jobs are used just to satisfy our chefs?
Fed on judgments, fed on clichés
While we don’t even know how to feed, we screw up
We don’t know how to manage our emotions so we hide them
Does not know how to manage our relationships which we spoil them
It doesn’t assume who we are so we are cowards
We never forgive ourselves in a world where nothing is erased
We hang on each other, we don’t know how to live together
We fight to be in the front in a plane going straight to the
Crash